Trouvez ici l’interview de notre psychologue: Madame Sara Nemra. 

Sara Nemra

Bienvenue au sein de notre cabinet Madame Nemra. Quelles seront vos fonctions au sein du cabinet Hi-Mind ?

Au sein du cabinet Hi-Mind, j’effectuerai des passations de bilans psychologiques auprès d’enfants, d’adolescents mais également d’adultes. Dans ce cadre, différents tests seront proposés afin d’aborder les différents questionnements que chacun peut porter. Je m’occuperai également de l’accompagnement et du suivi des sujets dans leur quotidien – abordé sous l’angle des approches systémiques et psychodynamiques – afin qu’ils se sentent en harmonie avec eux-mêmes et avec leur environnement social. Dans ce cadre, j’accueillerai aussi les membres de la famille afin d’aborder le diagnostic de haut potentiel intellectuel, mais également les troubles qui peuvent y être associés, et le vécu de chacun au quotidien.

Quelles sont les qualités et compétences que vous pensez pouvoir apporter aux personnes à haut potentiel intellectuel/surdouées qui feront appel à vous ?

Dotée d’une grande empathie, il me tient d’abord à coeur que le sujet se sente reconnu dans son vécu et d’établir un lien de confiance avec lui. Dans ma pratique, je tente de mettre en valeur ses compétences et sa créativité pour qu’il les utilise au quotidien, et pour ainsi lui redonner une sensation de bien-être et de maîtrise des aspects de sa vie – qui peuvent lui apparaître comme problématiques. Mon travail au sein du cabinet Hi-Mind me permettra de mettre en lumière les forces et fragilités du sujet au travers des tests (ainsi que mes observations) afin qu’il en prenne conscience et en prenne soin dans son futur.

Vous êtes vous-même à haut potentiel intellectuel. Comment vivez-vous cette caractéristique?

Je me reconnais dans le fonctionnement d’une personne à haut potentiel intellectuel. En effet, mon frère et mon père étant tous les deux à haut potentiel intellectuel, nous fonctionnons et présentons de mode de réflexions et de réactions très similaires. Étant moi-même psychologue en charge de la passation de tests de QI, je ne peux malheureusement plus passer ce dernier puisque j’y suis maintenant trop familière, ainsi qu’aux modalités de passation et de cotation de celui-ci. Cependant, après avoir passé un certain temps à me familiariser au fonctionnement du sujet à haut potentiel intellectuel (bien que ce fonctionnement puisse être très hétérogène), j’ai pu prendre conscience de certains vécus en remontant le fil de mon histoire : l’empathie et la grande sensibilité qui me caractérisent, une rapidité d’exécution et de compréhension, la polyvalence ou encore la difficulté à apaiser le fil de ma pensée. Mettre des mots sur un fonctionnement permet de se « dépathologiser », voire de mieux s’accepter. 

Pensez-vous que le haut potentiel soit un avantage ou un inconvénient ?

J’envisage le haut potentiel comme un avantage et prône, de manière plus globale, la mise en valeur des capacités du sujet. Si ces incroyables potentialités et compétences sont mises en lumière et acceptées comme telles, elles servent de ressources précieuses à l’individu. La rapidité de perception, de réflexion et d’analyse ainsi que la grande sensibilité qui peut accompagner ses qualités sont de magnifiques outils qu’il est important d’apprendre à maîtriser. Bien sûr, comme dans tout vécu, des difficultés accompagnent le quotidien du sujet à haut potentiel intellectuel : le sentiment de décalage, des émotions parfois fluctuantes, une difficulté à se sentir compris ou à comprendre l’autre. Mais je perçois le fonctionnement de haut potentiel intellectuel comme un cadeau à apprivoiser.

Pourquoi avez-vous fait le choix de devenir psychologue ?

Ce qui est intéressant dans le choix de ce métier, c’est que c’est très souvent lié à des vécus très personnels. Je pense que j’ai choisi d’être psychologue pour exploiter mes capacités d’écoute, d’empathie et d’analyse. Mais également pour mieux comprendre les humains et me comprendre moi-même. Petit à petit, en me lançant dans cette voie, j’ai vu grandir mon intérêt pour ce métier en voyant l’impact qu’il peut avoir sur le parcours de l’individu : l’aider à trouver sa voie, ses sources de bien-être et aussi parvenir à une meilleure acceptation de soi. Je sais que j’ai toujours été très intéressée par les interactions et les relations humaines. 

Je vous remercie, 

Sophie Prignon